Avec Quivisite.com, vos visiteurs deviennent vos prospects

Vous êtes-vous demandé quelles sont les entreprises qui visitent votre site, sans n'avoir pu assouvir votre curiosité ? Voici toute l'ambition de Quivisite.com, qui identifie chacun de vos clients potentiels, fournit leur raison sociale, détaille leur parcours et vous donne accès à un ensemble d'informations allant du site Web à la géolocalisation, en passant par les fiches Manageo ou Linkedin. Dans la jungle des outils webanalytics, Quivisite.com se distingue ainsi des autres services par sa volonté d'identifier d'éventuels prospects, clients, partenaires parmi vos visiteurs.

Lancé en octobre 2010, l'objectif de Quivisite.com s'appuie sur le fait que seulement 2% des entreprises qui visitent votre site laissent leurs coordonnées. C'est très peu si on considère la mine d'informations à côté de laquelle vous passez. Une autre statistique indique que 97% des relations commerciales entre professionnels commencent par une recherche Internet. Le service propose une période de test, gratuite et limitée à dix jours mais qui permet largement d'évaluer l'outil sous tous ses aspects. Question installation, il suffit d'ajouter quelques lignes de code sur chaque page, comme pour la plupart des services de ce type.

Comment s'articule le service ?

Le service se découpe en quatre parties :

  • une partie détails dans laquelle on retrouve un tableau consignant le nom de chaque entreprise, le nombre de pages, et la date de dernière visite. On retrouve également une carte de géolocalisation ainsi que plusieurs liens permettant d'en savoir un maximum sur l'entreprise (Viadeo, Linkedin, Manageo, Google et La Tribune). Enfin, sont indiquées les pages qui ont été visitées ainsi que les mots-clés qui ont permis d'accéder à votre site. L'ensemble est affichable selon quatre périodes de temps (jour, semaine, mois, trimestre).
  • une partie synthèse proposant un histogramme des sociétés les plus actives (en nombre de pages visitées). On retrouve tous les mots-clés et une cartographie de l'ensemble des entreprises ayant visité votre site sur la période sélectionnée.
  • une partie recherche, bizarrement quasi similaire à la partie détails, si ce n'est que le jour de la semaine est sélectionnable depuis un calendrier et que les données sont exportables au format CSV.
  • une partie espace client depuis laquelle il est possible de gérer les adresses recevant le rapport par email et modifier son mot de passe
Section details de Quivisite.com

Quels sont les résultats concrets ?

En soi, les données analytiques récupérées sont assez minimalistes, mais en pratique, l'outil atteint son objectif : Quivisite.com m'a aidé à identifier quels types d'entreprise s'intéressent au contenu de Statosphere. Certes, j'en avais déjà une certaine idée grâce aux outils traditionnels, mais cela m'a surtout permis de mesurer l'ampleur du phénomène. D'ailleurs, Quivisite.com précise bien que seuls les contacts B to B sont affichés, et en particulier, ceux ayant un véritable intérêt business. C'est intéressant en particulier si vous êtes indépendant et/ou si vous débutez : vous ne procédez plus par hasard puisque vos prospects sont identifiés et ciblés.

Section synthese de Quivisite.com

Même si j'ai constaté quelques loupés sur la récupération des raisons sociales, je dois bien avouer que j'ai été bluffé. Selon le service, Statosphere.fr est essentiellement lu par des universités (près de 7% de l'ensemble des entreprises) et par des instituts de sondage (TNS SOFRES, IPSOS, Médiamétrie, IFOP...). J'ai également remarqué plusieurs agences Web et des chaînes de télévision (TF1, M6, Eurosport) parmi mes visiteurs. Pour l'anecdote, il apparaît clairement que mes articles sur HADOPI ont intéressé le Ministère de la Culture et Universal Music.

Par l'entremise des mots-clés, je connais explicitement les problématiques de chaque type d'entreprise. Par exemple, Blizzard recherchait des chiffres sur le "marché des jeux video en ligne en 2010", La Poste cherchait à "installer Google Analytics pour un client", IPSOS réalisait une recherche sur lui-même, Science Po Bordeaux cherchait des "statistiques sur le téléchargement illégal".

Section recherche de Quivisite.com

Quel est mon bilan ?

Quivisite.com m'apporte facilement des informations que je n'ai plus besoin de deviner. Dans l'absolu, il s'agit d'informations que Google Analytics semble en partie capable de m'apporter (notamment si on croise la synthèse géographique avec le détail des pages les plus consultées et les mots-clés). Mais Quivisite.com simplifie la procédure et se focalise sur la récupération des données en vue d'une prospection rapide et efficace. Puis surtout, il fournit la raison sociale des entreprises (à noter que Google Analytics remonte l'information du "fournisseur de services" qui peut correspondre de temps en temps à la raison sociale).

Si Quivisite.com m'a emballé, il n'est pourtant pas exempt de reproche. Pour un service qui se veut payant et relativement cher (60 à 100 euros par mois pour un seul site, sachant que le prix inclut un abonnement à leur partenaire La Tribune), il serait bienvenu de corriger quelques soucis et consentir à un certain nombre d'améliorations pour justifier la facture (je doute qu'un travailleur indépendant soit enclin à dépenser entre 720 et 1200 euros par an et par site).

Quelques bugs à signaler

  • dans les détails de la visite, l'outil fait parfois remonter le lien d'un site distant au lieu de ne faire remonter que des liens du site tracké
  • dans la partie synthèse, au delà d'une trentaine d'entreprises, l'histogramme devient totalement illisible
  • dans la partie synthèse, le tableau des mots-clés les plus recherchés
  • lorsque le service ne sait pas géolocaliser une entreprise, l'indicateur Mappy est positionné au centre de la carte : c'est perturbant surtout lorsqu'il s'agit d'un ministère
Sociétés les plus actives via Quivisite.com

Quelques améliorations urgentes

  • certaines raisons sociales sont mal renseignées ou incomplètes (parfois, il ne remonte qu'un chiffre ou qu'une adresse)
  • je n'aime vraiment pas Mappy : c'est moche, lourd, lent, pas pratique (notamment dans la partie synthèse). Pourquoi l'avoir préféré à Google Maps ?
  • au niveau de la cohérence du site, on se demande ce qui justifie l'existence de la page Recherche par rapport à la page Détails
  • compte tenu du prix de l'outil, j'aurais tendance à conseiller de ne pas mettre en évidence le fait que le service s'appuie sur Piwik, une solution open source...
  • ce serait appréciable de disposer d'un véritable système de rapport personnalisé

Quelques améliorations moins urgentes

  • une ergonomie et un design plus soignés pourraient aider à justifier le prix, quelque soit le pack
  • dans les détails de la visite, il serait intéressant de connaître la date et l'heure des pages visitées
  • le service utilise le paramètre "j'ai de la chance" de Google pour pointer vers le site d'une entreprise, mais cela ne marche pas toujours
  • si on souhaite enlever certaines sociétés du rapport, la procédure se fait à l'abonnement, en soumettant une liste "noire" à Quivisite.com. Ne serait-il pas plus simple de proposer une fonctionnalité de filtre avancé ?
  • d'ailleurs, ce serait formidable si l'utilisateur pouvait créer ses propres profils d'entreprise, avec un système d'étiquettes par exemple, dans mon cas : universités, instituts de sondage, agences Web, ministères etc...
  • et enfin, il serait intéressant que l'utilisateur puisse, à l'issue d'une recherche, connaître l'ensemble des mots clés et pages visitées (actuellement, on ne connait les mots clés et les pages que pour une seule entreprise à la fois), répartition par pays... On aurait alors des réponses à ce type de question : que cherchent les universités ? Quels articles ont été lus par les instituts de sondage ? Quelles entreprises étrangères me lisent ?

L'offre de Quivisite.com n'a en réalité rien de véritablement révolutionnaire : le service identifie des entreprises grâce à leur IP en s'appuyant sur des listings de correspondance. Côté vie privée, aucune ambiguité : validé auprès de la CNIL, le service n'identifie aucun visiteur nominativement. Pour autant, si l'offre n'est pas techniquement exceptionnelle, cette nouvelle solution dépasse les outils traditionnels d'audience pour professionnel, d'autant qu'en général, ce type d'outil est développé en interne, pour aider les commerciaux d'entreprises à trouver leurs clients. Quivisite.com est en quelque sorte le chaînon manquant entre Google Analytics et Linkedin.